socrate
A propos de l’auteur | Droits d’utilisation

 

Retrouvez ici des réactions reçues d'internautes à propos de ce site.

Si vous souhaitez vous aussi réagir et enrichir le débat, n'hésitez pas à nous donner votre avis en utilisant le formulaire de contact.

Message :
Bonjour, je vous félicite pour la clarté et la pertinence de votre ouvrage, et je vous remercie pour l'aide qu'il m'apporte. Les mots me manquent pour en dire plus. Entendez seulement que vous lire a été une expérience, une aventure "véue", un "vrai" stage avec un consultant en pédagogie ! J'imagine que vous recevez quantité de messages de ce genre aussi j'abrège. Je me permets de vous demander si vous seriez d'accord pour que je mette en lien direct le téléchargement de votre ouvrage sur la plate-forme numérique (privée) de travail que j'ai créée avec plusieurs collègues pour réfléchir ensemble sur nos pratiques et cheminer sur la voie de la pédagogie différenciée. nous travaillons en collège, en milieu rural.

Nom : martini
Prénom : Anne
Fonction : Enseignante, professeur de français, latin grec intéressée par la pédagogie

Réponse :
Chère Madame,
Merci beaucoup pour votre message. Bien sûr je suis d'accord pour le lien.
Pour votre information, ces quelques faits qui ne manquent pas d'intérêt:
- Depuis que l'ouvrage est en ligne (6 ans je crois) ce sont quelques 2000 internautes qui le consultent chaque mois (peut-être plus maintenant... je n'ai pas consulté les statistiques)
- Le site donne lieu à 3 à 4 téléchargements par jour.
- La plupart des internautes qui téléchargent le document, 70% environ, sont des enseignants
- 20% sont des animateurs de formation professionnelle
- 10% seulement sont des étudiants et des parents. Ce dernier renseignement est très significatif. Il démontre que ceux qui "subissent" nos enseignements n'ont pas encore l'idée qu'on pourrait les traiter "autrement".
Dernière remarque dont je ne sais ce qu'elle nous dit... une très grand nombre des enseignants qui visitent le site sont d'Afrique du Nord et du Canada. Je reçois d'eux un courrier assez abondant et toujours d'une très grande pertinence.
Le fait que vous soyez professeur de français latin grec me fait plaisir. Si vous me le permettez je vous ajouterais volontiers sur la liste des personnes que j'informe des activités théâtrales que conduis tous les étés en Normandie (près de Honfleur). Toujours de très belles pièces; Sophocle, Claudel, Racine... En 2017 Euripide.
J'espère que vous n'habitez pas trop loin de Honfleur !!! Merci en tout cas pour votre intérêt pour la pédagogie.
Bien cordialement
Nicolas Wapler

Message :
Bonjour, Je suis entrain de mettre au point un programme de formation intitulé "Se retrouver dans sa recherche d'emploi", destiné à un public de séniors. Dans ce but et afin d'étayer les méthodes que je propose, je viens de consulter votre site et suis émerveillé devant la qualité de votre travail. Ainsi, je viens ici vous remercier d'offrir la possibilité de télécharger l'intégralité de votre texte. Ce dernier est absolument convaincant et pose un grand mérite en matière de lucidité pédagogique. Bien cordialement à vous,
Patrick

Nom : Vert-Pre Ficar
Prénom : Patrick
Fonction : formateur consultant

Réponse :
Merci pour votre message. Je suis toujours très heureux de savoir mon texte utile, et que les quelques 60'000 internautes qui l’on consulté depuis sa création ont pu en tirer profit. Je regrette seulement que parmi eux, les « apprenants » ne représentent encore qu’une proportion trop faible. En effet, je crois que le genre d’idées qu’il défend (et qu’heureusement, il est loin d’être seul à défendre) ne se répandront vraiment dans le quotidien que lorsque les apprenants les connaîtront mieux et qu’ils feront pression sur les institutions éducatives pour qu’elles soient appliquées.
Cordialement
Nicolas Wapler

Message :
J'aimerais rentrer en contact avec vous pour mieux m’imprégner de votre pédagogie.
Merci

Nom : René
Prénom : Mamette
Fonction : Educatrice /étudiante en science de l'éducation

Réponse :
Merci de votre message. C'est tout à fait possible. Le sujet est en effet d'importance et mérite d'être discuté en détail.
N'hésitez pas à m'appeler.
Nicolas Wapler

Message :
Monsieur,
Je vous remercie pour le document que vous avez mis gracieusement entre les mains de tous ceux qui s'intéressent à la pédagogie active; nous venons de lancer ce projet dans notre école d'ingénieurs (en tunisie) où j'enseigne les techniques de la communication, nous pourrons nous enrichir de votre longue expérience pour faire nos premiers pas dans l'enseignement qui se base sur l'app ( approche par problème). merci encore pour votre aide si précieuse.
Jamila

Nom : Chaari
Prénom : Jamila
Fonction : professeure universitaire de français dans une école d'ingénieurs

Réponse :
Merci pour votre message. Si vous pensez que je puis vous aider en quoique ce soit, dites-le moi !
Je compte en effet ces prochains mois aller en Tunisie où j'ai enseigné il y a quelques années et dont je garde un très bon souvenir.
Bon courage
Nicolas Wapler

Message :
Bonjour mr. Nicolas Wapler, je viens juste de prendre connaissance de votre page sur la toile et je suis émerveillé par les thèmes que vous développez. j’ai téléchargé le manuel que vous avez mis à la disposition de tous gratuitement. rien qu’à le survoler, je retrouve des supports pour mes travaux.
Je vous remercie pour votre gratitude.
Cordialement
A.M. - Londres (uk)

Nom : Mpeke
Prénom : Alphonse
Fonction : Enseignant d'université à Londres

Message :
Cher monsieur,
Cher, car votre site est une perle dans ce monde. Je suis inspectrice de l'EN, retraitée depuis peu et continue à exercer occasionnellement auprès de jeunes adultes en formation de personnels de direction de structures sociales et de loisirs. J'ai trouvé chez vous à justifier mes convictions profondes et à réassurer mes propres connaissances.
Merci infiniment
M.-O. Chardonnet  

Nom : Chardonnet
Prénom : Marie-Odile
Fonction : Formateur, ex inspectrice de l'EN

Réponse :
Merci pour votre message. Je suis très heureux que le site vous ait plu, c’est la preuve que la cause que nous défendons, vous, moi, et heureusement tant d’autres, avance et continue d’avancer!
Je m’en rends compte également par la fréquentation du site (1700 visites par mois) qui est en progression constante, et par le nombre de téléchargements du document.
La plupart de ces internautes sont des professeurs, inspecteurs, et responsables de différents niveaux. Je regrette seulement la faible fréquentation des étudiants et des parents d’élèves (5 ou 6% des téléchargements) qui devraient pourtant se sentir aussi concernés que les enseignants !  Un phénomène sur lequel il faudrait réfléchir !
Bien cordialement
Nicolas Wapler

Message :
Cher monsieur,
J'ai lu avec le plus vif plaisir votre opuscule. Combien de vérités pressenties par moi, nettement et fortement exprimées par vous, n'y ai-je pas rencontré, presque à chaque page ! aussi souhaiterais-je vous rencontrer pour causer pédagogie avec vous. J'aimerais bien, en particulier, voir le matériel pédagogique que vous avez mis au point à l'époque de votre cabinet de formation. Pourrions-nous nous rencontrer ?
Dans l'espoir de faire prochainement votre connaissance.
Fabrice Butlen.
 
Nom : Butlen
Prénom : Fabrice
Fonction : Professeur de lettres en classe préparatoire

Réponse :
Merci pour votre message. C’est à moi que cette rencontre fera plaisir. Je vous écris donc à ce sujet.
Cordialement
Nicolas Wapler

Message :
Bonjour,
Effectivement, j'ai été très agréablement surpris par votre document. Il a trouvé un grand écho en moi et je partage très souvent ce sentiment que la pédagogie est un art qui doit se patiner, se réfléchir. Il faut tous les jours. se remettre en question, penser pour avancer, et surtout je dirais, oser.
En ce qui me concerne, j'ai passé le concours de prof des écoles. J'ai eu les écrits. Les oraux se sont bien passés, mais j'ai eu le bizarre sentiment que ce ne sont pas des pédagogues que l'on cherche à recruter, mais des moutons. Je pense que le jour où l'on se donnera les moyens de recruter les personnels d'enseignement comme il se doit, hé bien notre système éducatif et même sociétal, se porteront mieux.

Allez, je me lance ! Je suis un passionné de musiques (le "s" n'est pas innocent). Bien entendu, j'ai pris comme option au concours "musique" (l'absence de "s" n'est pas non plus un hasard...). Pensant pouvoir montrer au jury (composé, entre autres, d'un inspecteur d'académie) ma fièvre pour cet art, et surtout l'envie de la transmettre à des élèves... eh bien les mecs m'ont charcuté sur un morceau de Ravel, "la Belle et la Bête".

Je ne connaissais pas l'histoire, pas le morceau proposé à l'écoute, pas l'auteur (à part le Boléro...). Ils ont passé 10 minutes à vouloir me faire sortir des trucs qu'ils voyaient bien que je ne détenais pas. Je n'ai pas pu m'empêcher, à la fin, accablé par l'image d'ignare qu'ils me renvoyaient de ma personne, de leur dire : "Mais au fond, qu'attend-on d'un PE ? Je ne connais pas Ravel, ni la belle et la blette, et alors ? J'ai tous les outils intellectuels, culturels, techniques, qui me permettent d'en savoir plus qu'il n'en faut pour être un bon professeur des écoles !!!"

Tels ont été mes derniers mots. Je suis ressorti de là humilié, rabaissé, ignorant, nul... Un bus en pleine face. Et là je me dis que notre système éducatif va mal, et même très mal... On recrute des professeurs comme on recrute des serveurs de café pour la saison : à la chaîne. Ils m'ont posé des questions que l'on tente vainement de résoudre depuis 50ans... et ils n'ont rien appris de ce que j'étais, de mon potentiel, de ma vision, de ma philosophie du métier... bref, je suis un peu dégouté, comme je peux être dégouté de mes années de collège et de fac.

Alors j'ai été heureux de lire votre document, qui m’a montré que je n'étais pas seul à avoir souffert de ma scolarité.
Et la manière d'aborder le sujet est agréable (le récit) et je trouve qu'on se sent bien immergé dans le monde de ces pédagogues fous ! Fous dans le sens mélioratif.

Il faut que je le relise. J'ai aussi envie de le faire lire à plein de gens, même des gens qui n'ont rien à voir avec le monde de l'éducation (si toutefois ça existe, car nous sommes en fait tous concernés par l'éducation).
Bref, une façon de penser alternative qui me va très bien, en laquelle je crois, donc bravo. Bravo aussi de l'avoir mise en accès libre.

Cordialement,
Gregory

Nom : Duveau
Prénom : Gregory
Fonction : Admissible au crpe !

Réponse :
Cher Gregory,
Merci pour votre beau message. Il montre bien que vous avez toutes les qualités pour être le merveilleux professeur que les élèves attendent. Accrochez-vous, c'est votre vocation; et ne vous inquiétez pas. Le "club" dont, manifestement,  vous faites partie a vraiment beaucoup de membres. Vous n'êtes pas seul et, tout au long de votre carrière, vous rencontrerez solidarité et amitié.
Bon travail et bonne chance
Nicolas Wapler


Message 2
J'ai raté le concours : avec un 20/20 en anglais, un 18 en sport, 12 franc, 12.75 maths, 16 sciences, 8 oral pro, 10 musique (je suis musicien poly instrumentiste, mélomane depuis 10 ans et passionné de pédagogie musicale...)
L'Education nationale me dégoute...
Grégory

Réponse :
Cher Grégory,
Votre dernier message m’attriste beaucoup. Quel dommage ! Les concours, c’est comme ça que ça marche (pour l’instant). Des milliers de gens de grande valeur les ratent. C’est pas juste, mais bon ! Ne vous découragez-pas ! Il n’y a pas que l’Education nationale. Beaucoup d’organismes et d’institutions privées s’intéresseront à votre « profil ». Il faut les identifier, les contacter, les rencontrer, leur parler, comme vous le faites avec moi. Je ne puis malheureusement vous aider dans votre recherche car je ne connais pas ces institutions qu’il faut donc que vous trouviez vous-même. C’est un gros travail, intéressant, difficile aussi car il ne faut pas se décourager devant les portes fermées auxquelles on se heurte avant de trouver celle qui s’ouvre. Et puis, les concours, ça se repasse, et il ne faut pas leur donner plus d’importance qu’ils n’ont !
Courage

Nicolas Wapler

Message :
Cela fait un bon moment que j'apprends à connaître le net, et depuis, je n'ai pas encore rencontré un site aussi intéressant que le vôtre en pédagogie.
Je suis vraiment satisfait de la précision avec laquelle vous développez vos thèmes. Certes, c'est aujourd'hui même que j'ai connu le site et je viens juste de télécharger le document pour exploitation; mais je vois que je peux tirer beaucoup d'éléments pour enrichir mes cours et également me perfectionner.
Félicitations pour l'initiative et le brillant travail réalisé.  Je vous contacterai en privé pour des travaux que je souhaite achever. - - Merci et courage.
Amadou Tamboura  Burkina Faso
 
Nom : Tamboura
Prénom : Amadou
Fonction : Encadreur pédagogique

Réponse :
Merci pour votre message. N’hésitez surtout pas à me recontacter et si je puis vous être utile, ce sera avec grand plaisir. Les travaux que vous avez entrepris m’intéressent beaucoup, de même que les succès et les problèmes que vous rencontrez dans l’exercice de vos fonctions. C’est ensemble, et en communiquant que nous pouvons tous avancer.
Nicolas Wapler

Message :
En septembre 2009, l'Unicef en collaboration avec le ministère guinéen de l'enseignement pré-universitaire a organisé un atelier de formation aux pédagogies actives à l'intention des enseignants et encadreurs des écoles situées le long des frontières du Libéria et de la Sierra Léone dans le cadre de l'initiative post-crise. Il s'agit de l'éducation à la paix. Depuis cet atelier, un effort est fait pour faire entrer les pédagogies actives dans la pratique de la classe. C'est dans cet esprit que je me suis mis en quête d'informations sur le net concernant les pédagogies actives. Voilà comment je suis tombé sur le livre de monsieur Nicolas Wapler ; livre qui m'a beaucoup appris. Je viens d'en terminer une première lecture et je crois que je vais beaucoup en tirer. Sincères remerciements pour avoir mis un tel outil à la disposition de ceux qui cherchent à changer les choses dans nos systèmes éducatifs.

Nom : leno
Prénom : n'daw pascal
Fonction : professeur

Réponse :

Merci de votre beau message, Je vous souhaite beaucoup de succès dans votre magnifique et si importante tâche, Merci aussi parce qu'il nous encourage, nous tous qui nous intéressons à la pédagogie active, dans nos efforts pour donner à l'enfant et de l'adolescent ce dont il a besoin pour pouvoir, un jour, jouer dans la société le rôle positif qui rendra le monde meilleur qu'il n'est aujourd'hui.
Très cordialement 
Nicolas Wapler

Bonjour,
Après avoir lu la très intéressante « lecture thématique » du document, je puis dire que nous pratiquons cette fameuse pédagogie; au moins pour ma part. J’exerce depuis 20 ans le métier d’enseignant. J'ai enseigné presque toutes les disciplines dans plusieurs régions de mon pays. Or, d'après cette expérience j'ai remarqué que le rendement de cette pédagogie varie d'une région à l'autre et selon la situation familiale: niveau de vie, niveau culturel des parents, perspectives d’avenir des enfants. Je vois que la famille est le partenaire magistral d'une éducation par pédagogie active. Le maître ne peut être le médiateur de l'information que si l'apprenant a envie de la recevoir. J'ai eu l’occasion d'enseigner des groupes très restreints : une classe de 7 élèves et une autre de 9 élèves, mais malheureusement j'ai obtenu des résultats honteux. A l’inverse, cette année, j'ai deux classes de 27 et 28 élèves chaque, et pourtant je me sens satisfait des résultats.
Donc, pour moi, la pédagogie participative est tout un projet qui doit concerner l’ensemble de la vie et ne doit pas se limiter à la seule école. La famille est la première école et si tu as bien éduqué une mère, tu auras une bonne population.

Achek Adel
Professeur des écoles primaires en Tunisie
achek_adel@yahoo.fr

Réponse :

Merci pour votre très intéressante communication. On ne saurait trop dire, comme vous le faites, l’importance du milieu dans lequel vivent les enfants sur la manière dont ils reçoivent un enseignement. Vous avez bien raison. Ce qu’on appelle la « pédagogie active », qui est en fait une manière de communiquer avec les enfants et une attitude à leur égard, devrait être celle, non seulement des professeurs, mais de tous ceux qui sont en contact avec eux, et donc, avant tout, de leurs parents. (C’est pour ça, d’ailleurs que l’établissement de relations personnelles entre les enseignants et les parents de leurs élèves son si importantes). Ne sous-estimez pourtant pas votre rôle. Les succès que vous rencontrez montrent bien qu’il est capital.
Avant de terminer, permettez-moi de vous dire que je vous envie un peu. L’expérience que j’ai de l’enseignement en Tunisie (une expérience trop courte, hélas) m’a convaincu que, chez vous, la pédagogie active se pratique presque naturellement, comme si elle faisait partie de votre culture de l’enseignement. J’ai enseigné des groupes, effectivement de 20 à 25 élèves (des étudiants), et je me souviens de leur enthousiasme à participer, à communiquer entre eux et avec moi, spontanément, sans que j’ai besoin de les y inviter. Les résultats aussi étaient remarquables. Cela montre bien que, lorsque les apprenants participent à cette pédagogie, leur nombre dans un groupe peut être plus élevé qu’on ne pense.
Nicolas Wapler

Bonjour,
Ce texte apporte beaucoup par la manière dont il formalise, de façon claire et vivante, des fondamentaux de la pédagogie active. La lecture thématique est particulièrement intéressante.
Nous travaillons dans une école enfantine et primaire (enfants de 3 à 12 ans) qui pratique une pédagogie active. Il est toujours délicat de partager nos manières de faire avec les nouveaux enseignants. Certains d'entre eux sont anglophones et j'aimerais pouvoir aussi leur soumettre ce texte. Y a-t-il une version anglaise disponible ?- - D'avance merci de votre aide,
Muriel

Muriel Rusillon
Enseignante
Suisse

Réponse :

Malheureusement, la version en anglais de ce texte est loin d’être prête. C’est un projet que je repousse mois après mois, faute de temps pour m’y consacrer. L’été prochain ? Je l’espère.
Bon courage
Nicolas Wapler

Bonjour,
Je suis enseignante en lycée général et c'est en me questionnant sur la pédagogie active que j'ai découvert votre site. Beaucoup de choses très intéressantes que je vais tenter d'appliquer. C'est la première fois, depuis que j'enseigne (12 ans), que je me trouve face à des classes qui ne travaillent pas. En proposant un espace de discussion avec ces élèves, il y en a un qui a évoqué "l'interactivité". Dans ce que l'on m'a enseigné, c'est l'élève qui est au centre de l'éducation, mais que faire quand ils sont fermés à l'enseignement et que ce qui leur plaît c’est le bavardage incessant alors qu'ils ont l'épreuve anticipée de français à préparer ?
Votre site va être pour moi une source précieuse.
Bien à vous,
B. Doffénies

Réponse :

Pas facile ! Et parfois, ces instants de durée indéterminée qui précèdent le moment où la « mayonnaise prend » sont très décourageants pour l’enseignant.
Ils bavardent ? C’est parfois bon signe. Cela peut vouloir dire qu’ils sont là et qu’ils sont ensemble. Évidemment, leur énergie part dans tous les sens. Leur esprit ne se porte encore sur rien de précis, d’où l’impression (très justifiée) de désordre, de perte de temps, d’indiscipline.
Obtenir l’attention de chacun, puis de tous, sur ce qui fait l’objet de l’étude ne vient pas d’emblée. Paradoxalement, c’est parfois dans le désordre préalable que l’on trouve un fil conducteur. A force d’expériences, l’enseignant parvient à le trouver, et l’exploration du sujet ou de la question commence alors avec la participation active de chacun. Pas facile, mais il ne faut pas se décourager, être attentif à tout, essayer et réessayer encore et encore.
Je me pose toutefois une question : Combien avez-vous d’élèves dans vos classes ? Car il ne faut pas se leurrer : Réussir cette manière d’enseignement demande beaucoup d’énergie et une grande disponibilité pour chacun. Trop d’élèves est un réel obstacle.
Bon courage et n’hésitez pas à nous réécrire.

Nicolas Wapler

Un internaute nous fait part de son projet de recherche :
 
J'entreprends une recherche sur l'efficacité de la pédagogie coopérative dans le cadre d’une école en France.
Cette recherche se propose d’étudier le devenir d’élèves ayant reçu un enseignement basé sur les pédagogies coopératives une fois entrés au collège, du point de vue de leur adaptation à de nouvelles formes de travail, des acquisitions scolaires et de leur comportement citoyen. Peu de recherches ont, semble-t-il, creusé l’impact des pédagogies coopératives sur les apprentissages. Les élèves ayant pratiqué ces pédagogies seraient plus motivés par l’école, ils y prendraient la plupart du temps un plaisir évident. Les enseignants seraient plutôt satisfaits au regard de ce que l’école attend en terme d’acquisitions. Les témoignages sur les  passages au collège sont décrits comme sereins sans de réelles difficultés d’adaptation au système ou au niveau scolaire.
- Quelles motivations les élèves des classes coopératives expriment-ils ?
- Quel est ce « plaisir » d’apprendre ou à apprendre au sein d’une classe de ce type ?
- Quel bilan peut-on tirer sur l’acquisition des savoirs ?
- Quels effets peut-on observer dans les passages du primaire au secondaire ?
- Les pédagogies coopératives peuvent-elles se prolonger au-delà de l’école primaire ?
- Pourquoi cette façon d’enseigner, souvent nommée «pédagogie active», «participative» ou «coopérative» est-elle rarement pratiquée en France dans le secondaire malgré les succès spectaculaires qu’elle prétend obtenir ?

Mon terrain d’observation sera l’école Antoine Balard de Montpellier. Cette école, classée en zep, est située dans le quartier de la Mosson. Elle accueille près de 200 enfants dont les familles sont particulièrement fragiles. Depuis deux ans la plupart de ces élèves sont scolarisés dans les collèges Arthur Rimbaud et les Escoliers de la Mosson à Montpellier.
Il conviendra d’établir des données quantitatives et qualitatives. Des entretiens seront menés avec les autres acteurs ; enseignants, parents, acteurs institutionnels.
Renforcer la qualité des apprentissages dans les matières de base et assurer la réussite de  la plupart des élèves, c’est à ces deux objectifs que voudrait répondre ce travail de recherche.

Régis Vezon
Enseignant chercheur


Bon courage pour ce passionnant travail que vous entreprenez et dont vous décrivez si bien les différents aspects. Je pense que, si c’était possible, beaucoup d’internautes seraient intéressés par votre étude lorsqu’elle sera achevée...
En attendant, n’hésitez pas à nous tenir au courant.
 
Nicolas Wapler

Bonjour,
 
J'ai trouvé la lecture de votre document très intéressante et j'adhère complètement à votre démarche. Je suis mère d'un enfant de bientôt quatre ans que je m'efforce d'instruire en suivant, principalement, la pédagogie Montessori. Je ne crois pas le pousser, mais j'essaie de lui présenter des choses qui peuvent l'intéresser et si cela lui plaît, je lui fournis le matériel susceptible de lui permettre de mieux comprendre et assimiler la question abordée. Un des résultats parlants a été que, dès avant son entrée en maternelle, et sans aucun effort apparent, il avait assimilé le tracé et le nom de toutes les lettres de l'alphabet, ainsi que les chiffres. Je précise qu'à chaque fois, c'est lui qui a été demandeur de son apprentissage. Je m'efforce aujourd'hui de poursuivre selon les principes de la pédagogie active pour plusieurs raisons: d'une part, je trouve le système scolaire français très oppressif et peu efficace, pour des raisons que vous évoquez (enseignants mal formés et/ou débordés par le nombre, et aussi la force des habitudes....); d'autre part, je suis moi-même un produit du système scolaire français traditionnel, mais, sans le savoir, je me suis appliquée les principes de la pédagogie active au moins depuis le lycée (et je me souviens encore des tableaux que je créais pendant mes études universitaires pour apprendre mes cours de droit, et ensuite pour instruire mes étudiants dans cette même matière (mais là encore, avec 40 étudiants, il est difficile d'être efficace....));  enfin, je vais probablement déscolariser mon fils l'année prochaine car nous allons partir nous installer à l'étranger.
A cet égard, je voudrais quand même signaler le coût du matériel que doit acquérir tout parent qui souhaite instruire lui-même son enfant (j'en fabrique le plus possible, mais j'ai mes limites...). Et comme vous le dites, un bon matériel est une des clés de la pédagogie active. Idem pour tout parent qui souhaiterait suivre une formation à la pédagogie active (Montessori ou autre....). Ces formations sont très onéreuses et ne sont pas à la portée de toutes les bourses.
Une telle formation m'aiderait sûrement même si elle m'est pour le moment inaccessible, mais avec le temps, je crois que je m'améliore. Je "sens" quand je m'écarte de mes principes d'instruction (je parle alors trop...) et cela m'est confirmé par l'attitude de mon fils à ce moment-là ("ce n'est pas bien aujourd'hui maman...").
Votre document m'a fait cependant prendre une plus claire conscience de ce qui manque le plus à l'instruction que je dispense à mon fils: une dynamique de (petit) groupe. Mais je crois que dans le cadre de l'instruction en famille, celle des autres frères et sœurs peut être un moteur puissant.
Cordialement,
 
M. M., Professeure et mère de famille
 
Réponse :
Madame,
Merci pour votre message. Je suis sûr qu'il donnera beaucoup de courage aux milliers d'internautes qui le consultent et téléchargent notre document... Certains (ceux qui le peuvent, ce qui n'est pas évident) vous imiteront, et d'autres, je l'espère, parleront autour d'eux de ces vieilles méthodes de pédagogie active qui donnent de si puissants résultats et qu'il serait grand temps d'introduire dans l'enseignement public.
Vous avez raison d'insister sur le coût des formations aux pédagogies actives et des matériels pédagogiques. C'est évidemment très regrettable, et cela, d'autant plus que chacun comprend que s'ils étaient subventionnés et produits à grande échelle, ils seraient très accessibles. C'est aussi un effet de la commercialisation croissante de tout ce qui est relatif à l'enseignement, un autre fait qu'on ne peut que regretter.
Bonne chance, et n'hésitez pas à me tenir au courant.
Nicolas Wapler

Message : Bonjour, nous venons d'ouvrir une école bilingue Calandreta à Nîmes, et un site internet va bientôt être mis en ligne. Je me propose de mettre un lien vers votre site pour une explication très complète sur la pédagogie active. Cela pose-t-il un problème ?
Nicole Combe

Réponse : Dans la mesure où votre site concerne l'enseignement, la pédagogie ou la formation, je ne vois aucun problème pour que vous y insériez un lien renvoyant à notre site et, au contraire, je vous en remercie.
Nicolas Wapler


Message 2 : Merci beaucoup, merci aussi pour l’énorme travail que vous avez mis en ligne. Nous tenons à ce que les parents qui se renseignent sur notre école soient vraiment conscients et solidaires de la pédagogie qui y est appliquée. Un site comme le vôtre nous permet d'avoir des appuis très solides et une mine d'infos sur la pédagogie active.
Nicole Combe

Réponse 2 : Ce que je lis sur internet au sujet des écoles Calandreta est très séduisant : Conjuguer la gratuité, la laïcité, les programmes de l’éducation nationale, la pédagogie active... et l’occitan, -cette langue que Dante considérait comme supérieure, sur le plan poétique, au toscan,- me semble merveilleux.
J’espère avoir un jour l’occasion d’en apprendre plus sur votre action éducative.
Bonne chance,
Nicolas Wapler

Bonjour,
Je suis un jeune enseignant gabonais, en activité depuis huit ans. C'est en faisant des recherches sur la pédagogie active que j'ai découvert ce site qui est très intéressant.
Rendre effective la pratique de cette pédagogie est le combat du ministère de l'Éducation Nationale du Gabon, car beaucoup d'enseignants ont encore du mal à mettre l'apprenant au centre de l'apprentissage. Avez-vous écrit plusieurs ouvrages? Peut-on les avoir au Gabon? Peut-on les commander?
Bien des choses à vous.

Tiburce Kassadou
Enseignant

Réponse :
Merci pour votre message et pour ce que vous dites de la volonté du gouvernement de votre pays de mettre l'apprenant au centre de l'apprentissage.
Vu le grand nombre de téléchargements effectués par des professeurs africains, il me semble que l'on a une grande conscience des mérites de la pédagogie active dans votre continent. De plus, mon expérience d'enseignement en Afrique (hélas très courte) m'a convaincu que les apprenants africains étaient également particulièrement réceptifs à cette manière d'être "enseignés". Tout cela est donc très encourageant.
Je n’ai pas écrit d’autres ouvrages de pédagogie. Celui qui est présenté par le site n'est pas encore distribué en librairie mais, comme on peut le télécharger gratuitement et l'imprimer librement, n'hésitez pas à le diffuser, sous réserve, toutefois, qu'il faut me prévenir (nombre d'exemplaires, destinataires).
Je vous souhaite beaucoup de succès.

Nicolas Wapler

Cher Nicolas,
I have had a chance to look at your work on learning. I find it original, illuminating, and instructive. Very well done. I am proud that a friend of mine has put this material together in such a coherent fashion.

Townsend Walker
San Francisco
U.S.A.

Réponse :
Dear Townsend,
Thank you so much for your message about « L’initiation... ». I just tried to express, as clearly as I could, the essence of what I learned and had the opportunity to practice under your inspiring leadership.
Nicolas

Bonjour,
ayant lu la conclusion de votre ouvrage, et l'ayant trouvée très pertinente, je me suis permis de signaler votre site et d'envoyer l'ouvrage à un groupe de professionnels avec lesquels nous travaillons à la réalisation d'un livret pédagogique sur l'accompagnement à la scolarité. Ce livret est destiné aux responsables d'associations et aux animateurs intervenant dans ce domaine. Je vais me plonger dans la lecture complète de votre livre dès que possible.
Merci encore pour votre utile initiative.

Michel Rousseau
Consultant en gestion des ressources humaines

Excellente lecture à laquelle vous nous conviez. Merci.
Politiquement, que faire, si l'on enseigne dans le secteur public, avec des classes relativement chargées (20-24 élèves.- de 15 à 19 ans selon les classes- ce qui est encore acceptable - Nous sommes en Suisse, niveau "lycée")? Démissionner? S'engager dans une grande banque, dont la Suisse ne manque pas ? Entamer une revendication politique vouée à l'échec ?
Merci cependant pour les multiples tuyaux pédagogiques dispensés (et rappels parfois). Le "monde de l'Éducation" d'avril 2008 a bien fait de passer votre "pub".

J.P. Moret
Fonction : prof (tuteur, dans votre texte !)

Réponse :
Merci pour votre message. Et comment ne pas comprendre votre découragement ? Ne sous-estimez pourtant pas l’influence que vous avez - sur votre entourage, sur vos collègues, sur vos élèves, sur les responsables de l’institution où vous travaillez. N’hésitez pas à parler de ces idées pédagogiques de bon sens que j’ai essayé d’exprimer dans mon document et que vous partagez, depuis longtemps, sûrement.
Le message : « Nos classes sont trop chargées. Nous ne pouvons pas accorder à chacun, individuellement, l’attention qui lui est nécessaire », mérite d’être répété inlassablement. 20-24 élèves est évidemment moins horrible que 30-35, mais c’est encore trop ! Dites-le, écrivez-le et expliquez pourquoi. Dites-le à tout le monde, y compris et surtout, peut-être, à vos élèves qui ont bien le droit de comprendre ce qui ne va pas tout à fait bien à l’école.
A mon avis ce travail n’est pas une revendication politique, mais un devoir politique. Une nécessité en tout cas.
Et n’oubliez pas que le métier de banquier est, de tous... le plus ennuyeux.
N. Wapler

Cher monsieur,

Je suis particulièrement heureux d'avoir connu votre site web. Je viens de prendre ma retraite après plus de quarante ans passés dans l'enseignement supérieur, notamment en sciences de l'éducation. J'ai toujours milité pour la pédagogie active. Vous trouverez de nombreux textes en ce sens sur internet (www.barbier-rd.nom.fr).
Certes, ma profession à l'université m'a conduit à approfondir les théories diverses touchant à  la pédagogie et à  l'éducation, mais plus encore, sans doute, à  la nature même de l'éducation de la personne. Aujourd'hui, je viens de créer l'institut supérieur des sagesses du monde (ISMM) en ligne.
Il s'agit, tout simplement, du résultat de cet approfondissement éducatif.
http://www.barbier-rd.nom.fr/issm
Merci encore de votre apport. On ne redira jamais assez, en ces temps de retour à la pédagogie la plus archaïque, à quel point des personnes comme vous, sont nécessaires pour tenter, encore, d'espérer.

René Barbier
Professeur Émérite de Sciences de l'Éducation
Université Paris 8
Chevalier des palmes académiques - Directeur de recherche - Créateur du « Journal des chercheurs »
www.barbier-rd.nom.fr/Lejournaldeschercheurs.html



© Nicolas WAPLER- Septembre 2007